Méditer, pour se nettoyer et progresser paisiblement

inconscient90 % des actes que nous effectuons au quotidien se déroulent à notre insu, le cerveau se mettant en pilotage automatique

Mais qui opère alors ?

C’est l’inconscient, qui du fond de son antre régie la quasi totalité de nos pensées comme de nos actions. Aussi méconnu qu’un vaste trou noir, l’inconscient œuvre en permanence et se nourrit de chacune de nos expériences qui s’amassent en couches successives depuis la première heure. Du fin fond de sa caverne, l’inconscient inquiète. Grâce à lui pourtant, nous sommes capable de choses anodines, comme par exemple descendre un escalier, un café à la main tout en lisant un journal. Il capte l’ensemble des signaux ressentis par nos sens. Merveilleux non ? S’il fallait que nous pensions à toutes les tâches et actions récurrentes qui composent nos jours (et nos nuits), nos cerveaux plieraient sous le poids de la charge. L’inconscient bosse pour nous. Il croit se faire oublier mais en fidèle et dévoué serviteur il vaque à alléger nos vies, et plus vite que l’éclair. L’inconscient scanne une situation à vitesse express et prend ses décisions 7 secondes avant que le conscient soit en mesure de le faire. C’est dire sa vivacité !

Dans ces conditions, pourquoi nous fait-il si peur ?

Si l’inconscient apparait comme la face obscure d’une entité, c’est parce que consciemment nous n’y avons pas accès. Il est comme la face immergée d’un iceberg dont on ne voit rien. Conscient et inconscient sont comme 2 rives sans passerelle. Enfin, pas vraiment sans passerelles. Nos sociétés occidentales ont longtemps tenu à distance des pratiques telles que l’hypnose ou la méditation qui sont pourtant des ponts parfaits et ouvrent avec une efficacité redoutable les verrous de l’inconscient. Longtemps victimes de procès en sorcellerie, ces techniques auxquelles aujourd’hui la médecine tend à s’intéresser, refont surface.

A l’entame de la vie, nous sommes neufs, propres et beaux comme les perce-neiges du printemps. Une pureté quasi virginale qui parfois se souille et s’altère. Un choc, un doute trop prégnant, un traumatisme, de sales expériences, un déficit d’amour et autres instants retors de la vie troublent au fil du temps cette idéale perfection. Plutôt que de faire de cette dualité un champ de bataille, je suis partisane de l’union.

Pour remettre de la clarté, de la lumière et de la paix dans mon esprit, pour que le mental ne m’impose pas sans répit ses règles quelquefois destructrices, je pratique avec autant de discipline que possible auto-hypnose et méditation.

Ce billet est déjà bien long, aussi ne vais-je pas m’étendre sur les multiples et incommensurables bienfaits de telles pratiques, mais plutôt partager avec vous quelques liens que je considère utiles

Le blog d’olivier Lockert : http://olivier-lockert.com/

L’institut français d’hypnose Ericksonienne : http://www.hypnose-ericksonienne.com/

Un bon portail de ressources en développement personnel : http://vistavie.chez-alice.fr/liens.html

   Le site web de Benjamin Lubszynski : http://www.psy-coach.fr/

Le cerveau et ses automatisme (Arte) 1/2 et 2/2 :

Que la paix soit avec vous 🙂