Une Inde simple et douce, pour quelques jours de lumière en hiver

IMG_2165Local bus in India
Non seulement l’Inde est un vaste pays mais elle est aussi surpeuplée (presque un milliard d’habitants pour une superficie grande comme environ 6 fois la France !)
L’inde est immense, l’Inde grouille, elle est démesurée, paradoxale, bruyante, renversante, remarquable à bien des égards, et bouleversante. L’Inde est aussi riche, forte et belle et pour un mix de chacune de ces raisons, il fait bon aller y traîner ses pattes.
A mes yeux, le temps minimum pour un voyage doit être aux alentours de 3 ou 4 mois parce qu’on ne visite pas un tel pays en quelques jours.
Par exemple, les déplacements. Il faut 12h en moyenne pour parcourir 500 kms, 1h30 pour en faire 30 ou à peine plus, et ce si tout va bien. On ne saute pas du Kerala à Kolkata en un seul bond. A moins de prendre l’avion (les vols intérieurs sont nombreux et réguliers), la question du transport doit freiner d’emblée toute velléité d’une visite du pays en 3 semaines.
Pour cette raison et plein d’autres, d’ordre plus spirituel, philosophique ou humain, il me semble qu’il convient de ne s’en tenir qu’à quelques bouts, et qu’ainsi même un court séjour devient une belle fontaine de lumière au cœur de nos hivers grisouillets.
A voyager en hiver comme bien de nos occidentaux aiment le faire, on bannit à peu près systématiquement le nord, le Kashmir, les contreforts de l’Hymalaya dont le climat est glacial de novembre à avril.

Reste l’immense sud…

indepop.1366911

Maharastra, Goa, Kerala, Tamil Nadu, Karnataka, rien que ça, y’a de quoi faire dans une variante extraordinaire.

Pour un petit trip tout simple de quelques semaines, je conseille sans hésiter un chemin tel que celui-ci :

  • Arriver à Bombay
  • Descendre sur Goa (train, taxi ou bus : 12h environ. Avion : 1h). Mais attention le sud Goa ! Le nord est devenu très excessivement fashion, une pure contrefaçon que je n’aime pas….. bien que les goûts et les couleurs…..
  • Flâner dans dans ce tout petit état (Margao, Palolem, Panjim, le littoral, les réserves dans les terres, …), silloner les routes, idéalement en louant une Royal Enfield (moto de fabrication indienne) pour bouger en toute liberté dans et hors des sentiers battus. Prendre aussi les bus locaux, c’est très bien.
  • Profiter également de la plage (26 kms de sable fin autour de Benaulim, village de pêcheur qui a fait sa place au tourisme) et de la mer d’Oman
  • Partir pour quelques incursions dans le Karnataka : la fameuse Hampi et ses 3000 temples hindous répertoriés dont raffolent les français, Gokarna, … Pas plus d’une nuit de sleeping bus pour Hampi (c’est parfait !), quelque 3h de train pour Gokarna, c’est rien du tout.

Quoiqu’il advienne, prendre toujours le temps de croiser les locaux, de partager et d’échanger avec eux, observer leur rythme et leurs préoccupations. Ils adorent ça, c’est facile et quel véritable intérêt y-a t-il à voyager, si ce n’est celui de connaitre les gens du pays, leur manière de vivre, leur façon de considérer la vie ? 

Ensuite, quitter l’Inde à regret et se dire qu’on retournera très vite vers cette belle lumière… 🙂