le désarroi du papillon : récit…..

téléchargementimages

D’ordinaire, hors mûrir ma décision de vote, j’évite de m’engager ou de m’exprimer publiquement et concrètement dans un quelconque  positionnement/ combat politique. Pour des raisons qui me sont personnelles, entre autres celles que je crois en l’influence à bas bruit.

Une situation m’a  cependant laissée désabusée, et après 3 jours de réflexion,  j’ai envie de te la livrer…

Lundi, c’était le jour de la rentrée pour les enfants. Pour moi aussi, après 3 semaines en Inde….

A 17h, je suis allée à l’école. Comme toujours quand je rentre d’Inde, je planais encore un peu (beaucoup). J’étais en avance d’un bon 5mn. J’attendais dans ma voiture en pianotant sur mon phone. Un gars et une nana sont passés près de moi. Mon regard a été interpelé. Ils l’ont vu, se sont approchés et on commencé à se présenter.

 » je vous connais », ai-je répondu aimablement. 

J’avais reconnu l’un des candidats aux prochaines élections. Une figure pour laquelle certes je n’ai aucune sympathie, mais d’abord parce que je m’intéresse à la vie politico-locale. Il a semblé bien fier que je le reconnaisse. Ça l’a renforcé le bougre :-), jusqu’à ce que je lui dise ceci :

 » Monsieur X, non seulement, même le couteau sous la gorge, je ne voterai jamais pour vos idées, mais je ne comprends même pas comment un jeune homme comme vous, peut mettre tant d’énergie pour une cause aussi vaine, que fausse, que mauvaise, que vulgaire…. 

Que me reprochez-vous ? dit-il 

« Disons simplement les idées que vous véhiculez, insidieusement le plus souvent. Elles ne collent pas avec mes convictions, me semblent en outre être vaines « 

Exemple ? demande-t-il

L’ostracisme (pour faire soft…) par exemple. Je crois exactement en l’inverse pour renforcer une cohésion sociale, politique et humaine.

Nous ne sommes pas racistes ! crie-t-il presque

Ah ? c’est vous qui le dites…

Mais Monsieur avait perdu sa superbe même s’il a fait encore le malin avec son air hautain et ses pseudo-arguments à 2 balles.  5 minutes, c’est court et long à la fois. Parce que l’école a ouvert (mais que fiche-t-il devant une école ?!?!), j’ai du interrompre cet échange.

Veux-tu connaitre le FIN mot de l’histoire ?

Restez sur vos fantasmes ! a-t-il crié d’un air prétentieux…

Voilà ce qui me laisse dans un vrai désarroi : un gars qui traîne devant une école avec sa tronche de candidat (ok, ils l’ont tous… 🙂 ), qui interpelle une petite mère qui attend là, affiche son sourire d’investi sûr de lui, se rend compte que je n’adhère pas et jette par-dessus l’épaule sans même me regarder « Restez sur vos fantasmes ! »

La politique ne vole donc pas plus haut que ça ? Ses représentants n’ont d’autres arguments que « le fantasme » ?

Quel sordide n’est-ce-pas ?

Il me semble qu’il a existé des époques plus dignes desquelles  nos acteurs politiques contemporains devraient essayer de retenir quelques exemples…

Mes derniers mots ont été que je trouvais étrange que l’on puisse s’exprimer ainsi dans une démarche de campagne électorale.

Pas de réponse… No comment… Le duo a tracé sa route un peu plus loin.

Je les ai trouvés ridiculement penauds…. Et moi comme estomaquée, presque en colère…..

Sérieux on en est là…. ?? Certes je rentre d’Inde et je plane un peu (encore que…) mais j’ai trouvé ce bref échange gravement grotesque et glauque. Je crois au pluri-partisme évidemment…

… Mais la connerie m’exaspère…..

SMILE

Ça va (un peu) – mieux en le disant…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s