HAPPY ZYGO DAY

26 AVRIL (GARD)

1897680_212262195649198_987420889_n

Info pour les ami(e)s de la tribe and transe : Zygo Matik sera dans le Gard (30)

le 26 avril prochain 😉

Publicités

HAPPY ZYGO DAY

Catherine Ringer et Gotan Project = Plaza Francia… Tango is not dead…

imagesHey génération X : as-tu croisé le nouveau tango Catherine Ringer (ex-Rita Mitsouko)/ Gotan Project ?

L’album s’appelle A new tango song book, le trio nouvellement constitué, Plaza Francia

Je m’adresse à toi X generation, parce que nos jeunes, au mieux ne connaissent pas les Rita, au pire les sous-estiment et les ringardisent….  Si, si, exemple (confidentiel) à l’appui. Pfff…. :-/.

Mitsouko c’est un univers (ne me dis pas qu’elle pourrait pas être une mère de M, genre chichin et ringer font un bébé illégitime, quel est son nom ?). Ringer c’est la gouaille et la féminité, la provoc, le talent et l’excentricité, l’artiste. C’est aussi l’expérience de 30 ans de carrière.

Plaza Francia, c’est Makaroff et Müller (bandonéon et contrebasse) , figures fondatrices du Gotan. Et puis Catherine Ringer herself, mais dans un personnage autre, celle de la tangoiste, à peine décalée finalement, ce à quoi elle ne nous a guère habitués la diabolo fofolle.

La dame en solo, sans Rita, force a été de nous y habituer, Darling is in the sky…

… Sauf qu’au tango, je ne l’ai pas vu venir.

Sa nouvelle mission : propager le tango dans le monde, et elle y bosse d’arrache-pied. Ringer est une bosseuse 🙂

Elle a renforcé son côté suave de séductrice, elle joue à mort, même si la posture est imperceptiblement malhabile. La prestation chant/ danse tango, elle n’en a pas encore l’exercice parfait. Ca va venir 😉

Sur l’accent en revanche, elle assure :-). Remise en surface des années passées à fréquenter les artistes argentins à Paris.

Dire que Sainte Catherine avait des réticences ! Paraitrait que le tango serait la résurgence hyper macho de l’homme qui fait « valser » la femme à sa guise… Ou un truc du genre… (?)

N’empêche que regarde et entend comme c’est beau….

C’est dingue comme des choses improbables peuvent être réussies. Comme celle-ci 🙂

Tango is not dead

A bientôt 😉

Mon scoop it, ma petite revue de presse

presse  J’aime bien lire la presse…

 Non que je pense y trouver systématiquement source sûre d’information mais     cependant, la presse est vaste, riche, diversifiée, illustrée, elle reflète le monde, elle peut être complaisante ou subversive et j’aime ça.

Évidemment, lire les journaux demande un certain temps, non pardon, un temps certain et pilonnés que nous sommes entre le travail, la famille, l’intendance, la rêvasserie (indispensable), les loisirs (et oui ça compte) et tout le bla bla, à quel endroit capturer le temps :-/ ?

Encore que je ne te parle là que de papier (avec version online indeed). Reste à profusion la web presse, certainement tout aussi dense voire plus.

Et puis la presse coute cher… et prend de la place ; impossible (ou difficile) d’acheter chaque numéro incluant un article potentiellement intéressant.

          

 Ainsi Papillon, heureux de l’existence des nouvelles trouvailles digitalo-technologiques, a fomenté sa petite méthode pour lire à sa convenance ce qui lui plait, et pour cela, un seul outil : mon scoop it. J’y fais ma petite curation quotidienne, en butinant de-ci delà au gré d’un titre ou d’un thème, d’un journal ou d’un autre (j’ai mes chouchoux 😉 )

 Scoop it est une plateforme en ligne de curation de contenu. Créée en 2010, elle s’adressait d’abord et essentiellement aux professionnels avant de rapidement se  démocratiser.

Scoop it est un média social, qui te permet de construire ton propre « journal », composé d’articles (tweets, billets blog, etc.) sélectionés par toi-même ;-), et de le partager sur le net.

Son fonctionnement est simple : après avoir créé ton compte, tu insères des catégories (topics) selon les thèmes qui te sont chers (5 topics pour la version gratuite/ free).

A partir de la là, tu n’as plus qu’à remplir tes cases selon ce qui retient ton attention.

Comment j’utilise Scoop it : je butine toute la journée ça et là sur le net et j’y pioche des articles que j’ai envie de lire. Je les scoope vers le topic adéquat. Dès lors, ils sont dans la boite, chacun peut s’en saisir et moi,  je n’ai plus qu’à y revenir le soir, avec tout le temps qu’il me faut.

Bien sûr, autant que tu partages, tu reçois grâce aux mots clés que tu auras pris soin d’insérer et qui te donneront accès à la lecture de tes « pending notifications » (une sélection d’articles sélectionnés par la plateforme selon les mots clés que tu auras intégrés). Le flux d’information est quasi ininterrompu et selon les derniers chiffres, ce media a généré plus de 75 millions de visiteurs uniques !

Parmi moult autres, j’ai repéré ce tutoriel dédié ; clique ICI si tu penses qu’il peut t’être utile ;-);

A bientôt (sur Scoop it 🙂 )

Un saut dans les calanques d’Ensuès la redonne

Aujourd’hui Papillon était avec ses enfants et d’autres enfants amis. Le mistral est passé, il a tôt fait de dire bye bye :-). Papillon n’y croyait guère, le mistral, c’est connu, c’est la plaie :-/.

Du coup, hop direction la Calanque d’Ensuès 🙂 🙂 🙂

Papillon te dévoile un ultra bel endroit 😉

 Je vais dans la calanque d’Ensuès la Redonne, à l’automne, en hiver et au printemps. Facteur chance, cet endroit est à moins de 30 mn de mon nid, mais en été il est vraiment trop fréquenté…. je comprends pourquoi ; ce lieu est magique 🙂

Il n’y a pas 50 manières d’y aller : la route, la mer, le train, ce qui est déjà pas mal 🙂

Par la route, prends l’autoroute A55 (Martigues/ Marseille ou versus). Emprunte ensuite la sortie Ensuès la Redonne (à droite) puis laisse-toi guider par la signalisation jusqu’à la partie résidentielle du village, incluant le centre. C’est la route du Rove, qui taverse la Côte bleue.

De là, suis la route de La redonne (à droite).

Attention, émotion, la descente est vertigineuse 😉

Elle te conduira au  port de la redonne

 

C’est le point de départ d’une unique route en forme de montagnes russes, qui longe la Mer Méditerranée sur quelques kilomètres, jusqu’à la calanque Méjean. L’accès à cette route est règlementé de mai à septembre parce qu’il  lui est impossible d’absorber une masse énorme de véhicules.

Tu comprendras aussi pourquoi quand tu iras ;-).

Il n’est pas rare que 2 voitures ne puissent pas se croiser !

Au fil de ce chemin, de nombreuses échappées vers des criques plus belles les unes que les autres, par une multitude de sentiers, plus ou moins connus, plus ou moins escarpés.

Et oui, bien sûr, il faut très souvent marcher un peu pour accéder aux plus chouettes mais rien qui soit invincible, rassure-toi 😉

Sur ces terres arides et face à tous les vents, jaillissent cependant de zones improbables quelques cactus ou figuiers. Malgré l’hostilité, la nature demeure très présente et en hiver, quand le mistral est en folie, les paysages sont singuliers. Ecrasés sous la chaleur de l’été, ils semblent immuables.

   

La falaise s’est soumise aux excès de chaleur et de vent.

Elle s’en est dessiné un contour, abrupt souvent.

L’une de celle que j’affectionne le plus passe par ce petit port

Si l’idée te séduit, tu peux aussi rejoindre la calanque en train, par la ligne Marseille/ Miramas, via la côte bleue. La vue est splendide


cote-bleue

 

malay

Je te propose de consulter ICI le site web des calanques de Marseille, tu y trouveras le nécessaire de base pour organiser ta balade

A bientôt 😉

Chacun a besoin de l’autre pour se révéler

index

On ne peut pas peindre du blanc sur du blanc, ni du noir sur du noir. Chacun a besoin de l’autre pour se révéler (Manu Dibango)

Bon sang, si on ne passait pas notre temps à se tirer dans les pattes et à chercher le mal partout (surtout en l’autre :-/ …..), c’est fou ce qu’on pourrait bien vivre ensemble…. 😉

J’ai trouvé une petite perle vidéo sur le net. Pas question que tu n’en profites pas toi aussi ;-). Ca s’appelle Vivre ensemble et il s’agit d’un film composé de 10 courts, sur le thème du racisme ordinaire.

Sous forme de fictions, de documentaire, d’animation, de créations artistiques, musicales ou chorégraphiques, la collection « Vivre ensemble » c’est 10 visions de 10 réalisateurs pour témoigner en faveur de la tolérance et contre le racisme ordinaire.

Parmi les réalisateurs, Sandrine Bonnaire et son Dessin de Paul, petit garçon angélique qui s’obstine en vouloir peindre en blanc, sur du papier blanc, la chemise de son bonhomme. Ça ne marche pas ! La solution : peindre des boutons noirs !

Il y a aussi Axelle Laffont et son Je ne suis pas raciste mais… dans lequel tout se joue dans la cuisine familiale,  Cuccarazza  des Lascars dont les personnages sont trois cafards qui discutent au pied d’un frigo ou encore One world, One Heart de Sylvain White

Je te cite les réalisateurs : Sandrine Bonnaire, Orlan, Les lascars, Rachid Bouchareb, Axelle Laffont, Radu Mihaileanu, Kamel Ouali, Romain Goupil, Abderrahmane Sissako et Sylvain White

Pour le lien vers la collection Vivre ensemble (une commande de SOS Racisme), c’est ici

Si tu veux en savoir plus sur la société de production Les poissons volants, n’hésite pas et clique et pour te mettre en appétit, tu peux visionner un extrait via You tube

Vivre ensemble a reçu la mention d’honneur du Festival international du film d’Amiens

A bientôt 😉

 

 

 

 

 

Le revenu universel, tu connais ?

revenue de baseAïe, c’est lundi, encore un lundi… Tu n’as pas forcément envie d’aller bosser, surtout si tu n’as pas vraiment choisi ton métier, si ce n’est pas ta passion, si c’est juste ton gagne-pain alors que tu rêves de t’acomplir à autre chose. Le papillon non plus n’est pas toujours raide dingue de  plaisir quand il part gagner sa vie. Mais comme toi, il y va….

Le travail se réduit-il aux activités dont on peut tirer une rémunération ?

Celles-ci sont-elles les seules activités qui créent de la richesse ?

Le revenu d’existence tu connais ?

La question est contemporaine. Elle est évoquée, deci-delà, par nos politiques entre autres. L’idée consiste à attribuer une somme d’argent modeste et équitable à chaque habitant de la planète, en raison du fait qu’IL EST, indépendamment d’une quelconque autre condition. On l’appelle également revenu d’existence, et non, ce n’est pas mon imagination qui divague. Intellectuels, philosophes et économistes en débattent sur le principe de la valorisation et l’épanouissement du capital humain.

Voici la définition du Mouvement Français pour un revenu de base

Le revenu de base est un droit inaliénable, inconditionnel, cumulable avec d’autres revenus, distribué par une communauté politique à tous ses membres, de la naissance à la mort, sur base individuelle, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie, dont le montant et le financement sont ajustés démocratiquement.

Si la proposition n’est pas nouvelle, elle bénéficie en ce moment d’une attention accrue, dans toute l’Europe et au-delà. lle gouvernement suisse organisera dans les 2 ans un référendum national sur la possibilité d’un revenu de base inconditionnel, afin de permettre à TOUS de mener une existence digne et participer à la vie publique.

Il ne s’agit pas de rien foutre, ni de se ficher de participer ou pas au bien-être et à « l’effort » collectif (dont la notion est relative, tout comme celle de la logique budgétaire), ni de s’inscrire dans une passivité dépressive ou autre débauche stérile ou morbide,  mais de donner en pleine conscience et PAR CHOIX ce que l’on a de meilleur pour une cause et une tâche, SANS ALIENATION.

Deviendrons-nous tous de gros fainéants dégoulinants d’aise et insensibles à autrui. Non je ne pense pas, au contraire. Chacun sera en mesure de s’investir, donner son temps, ses compétences et ses efforts à des tâches qui n’ont pas de forte valeur ajoutée, ne produisent rien qui soit directement monnayable mais qui concourrent à l’équilibre d’une société.

Transfert de budgets sociaux, système de redistribution d’allocations, reconnaissance d’une autre forme de création de valeur et dispositions budgétaires apropriées, le revenu universel peut concrètement ne pas être une utopie, et génèrerait même de vraies simplifications administratives. … et des économies… Aucun des partis politiques actuels ne peut désormais faire autrement que de s’en (pré)occuper, ils le font et c’est tant mieux 😉 !

Si ça te tente, clique , c’est le portail francophone du revenu de base

Tu me diras ce que tu en penses 🙂

 Bon lundi 😉

 

#365VirginieB, un défi qui tient la route

Le défi est entré dans le printemps. Dame Virginie nous affirme qu’il n’est que relativement fou, et pourtant combien d’images de nos jours et nos nuits figurent sur ce groupe ? euh…. je ne sais pas exactement mais beaucoup certainement et nous n’en sommes encore qu’à sa première partie.

Longue vie à toi petit défi 😉

30 mars

30 mars

29 mars

29 mars

 28 mars

28 mars

26 mars

26 mars

25 mars

25 mars

24 mars

24 mars